Textes publiés

par (ou avec) François Caillat

La dernière trace

Filmer les lieux de mémoire — La dernière trace, c’est ce qui est donné à voir lorsque nous arrivons trop tard. Après coup. Les cinéastes s’expriment toujours après coup. Comme les historiens qui parlent quand c’est déjà fini, presque réglé, en cours...

lire plus

La mémoire des lieux

« L’humeur vagabonde », France-Inter, 4 juillet 2017. Entretien avec François Caillat par Kathleen Evin. KATHLEEN EVIN : Bienvenue dans cette « humeur vagabonde » qui vous demandera aujourd’hui une écoute toute particulière. Pas facile, en effet, d’évoquer...

lire plus

La question du paysage

Le paysage comme personnage. Tourner un film dans la nature exige disponibilité et modestie. La nature n’est jamais telle qu’on l’avait imaginée, repérée, préparée. Elle reste imprévisible et se renouvelle à chaque instant. Elle prend la lumière avec...

lire plus

Le cinéma documentaire romanesque

Je ne filme pas le réel, je cherche plutôt sous le réel. J’interroge ses lacunes, ses absences, ses souvenirs. J’essaie de reconstituer un feuilletage, une épaisseur, la marque du temps. Je voudrais associer à chaque image d’aujourd’hui les fantômes de son...

lire plus

La transparence du temps

Dans son roman Vestiaire de l’enfance, Patrick Modiano parle de la “transparence du temps“ pour évoquer la superposition de différentes époques dont se souvient le narrateur. Modiano utilise, à propos de cette superposition, le terme de ”surimpression“ :...

lire plus

Plaidoyer pour les mystères du monde

Plaidoyer pour les mystères du monde par François Caillat Un cinéma de la lumière. Le cinéma documentaire semble s’être longtemps donné pour but de rendre le monde un peu plus lisible. En lui donnant un surcroît de lumière et de sens. En faisant mieux...

lire plus

Le possible du monde

Paris lieu-dit. Au départ, il y a toujours un désir, une intuition, une idée plus ou moins formulée. Il faut ensuite un long délai, quelques mois, voire des années, pour parvenir à la naissance du récit. Mon film “Une Jeunesse amoureuse” [1] n’a pas...

lire plus

Profession cinéaste

Entretien avec François Caillat par Isabelle Didier et Philippe Raynaud – Ina (Institut National de l’Audiovisuel). Après un parcours universitaire (agrégé de philosophie, études de musique et d’ethnologie), François Caillat tourne des courts-métrages de...

lire plus

Il était une fois

Comment parler des morts ? Comment faire parler les vivants ? D’habitude, ce sont les vivants qui parlent des morts. Ils racontent : Il était une fois… Je voudrais organiser l’inverse. Parler des vivants, faire parler les morts. Mêler aux hommes que nous...

lire plus

Les fantômes du réel

programmation au cinéma Latina, novembre 2012, par François Caillat et Hélène Coppel. La programmation Les fantômes du réel rassemble des cinéastes qui cherchent comment représenter l’indétermination du monde, ses interstices et ses zones floues. Les...

lire plus

Projet de cinéma mémorial

Lorsqu’on parle de « lieu de mémoire », on évoque un lieu propice à accueillir une sédimentation : du passé, des souvenirs, de la remémoration… C’est-à-dire une fabrication de mémoire. Il y a lieu de mémoire lorsqu’il y a lieu de se souvenir. On sait que...

lire plus

Éloge du malentendu

Le cinéma documentaire ne fait pas oeuvre de communication. Si l’on s’en tient à une définition classique de la communication (dispositif d’encodage/décodage entre deux interlocuteurs, univocité recherchée du message transmis, etc), on constate qu’un film documentaire...

lire plus